Quand l’angoisse monte…

 

C’est cyclique. Ca se fait plus rare. Et ça m’est arrivé aujourd’hui !

Une crise d’angoisse suite à une surcharge de travail. Quand je dis angoisse, c’est pour ne pas dire panique ! Mes sensations ? Etouffement, crispation, étau dans mon thorax, agacements à répétitions, énervement progressif, j’envoie balader ceux que j’aime… Bref, que du lourd ! Et l’opposé total de la sérénité que je recherche !

 

Flashback : la journée a plutôt très bien débutée ! J’ai pris mon temps 🙂  J’ai savouré le temps car j’ai consciemment décidé que je le méritais ! Une célébration suite à ma journée leadership d’hier, durant laquelle j’ai coaché douze leaders entrepreneurs de la vente directe. Ces moments n’ont pas de prix car ils servent ma mission qui est de connecter chacun à son ADN, à qui il est vraiment ! Alors ce matin, j’avais décidé de savourer cet accomplissement (je reviendrai dans un prochain post sur les bienfaits de la célébration ! Si, si !).

 

Le cerveau s’emballe !

 

Bon revenons à nos moutons, une journée débutée idéalement avec, en début d’après-midi, un coaching individuel par téléphone. Jusqu’ici tout va bien. Et puis après, c’est le drame. Je décide, avec ma femme (qui elle-même venait de terminer un coaching individuel par skype), d’aller nous aérer avec une ballade automnale dans les méandres du parc de Maisons-Laffitte (non, je ne ferai pas de post sur le parc de Maisons-Laffitte, sauf demande expresse de votre part 😉 ). Et c’est durant cette ballade que mon cerveau s’est emballé !

Nous avons pas mal de projets en cours qui nécessitent de la réflexion et de la préparation.

Autre élément important ; nous partons en vacances une dizaine de jours la semaine prochaine … Et BIM ! Il n’en faut pas plus à mon cerveau pour se mettre en branle et s’affoler ! Tous mes saboteurs sont apparus (Madame Irma, Marty, Bip-Bip) et j’ai senti mon état changer. Ce qui est bien, c’est que, étant accompagné de ma femme, elle a pu me faire prendre conscience de cet état. De mon côté, je ne voyais aucune solutions et donc je paniquais de plus belle ! Comment faire TOUTES ces tâches alors que l’on part en vacances lundi ! « Est-ce bien raisonnable d’ailleurs de partir en vacances ? », « Je vais devoir travailler pendant les vacances !! », « Je vais devoir travailler toutes les nuits avant de partir pour y arriver ! », « Si on ne rend pas ce projet dans la semaine, on perd le marché ! », « Pire, on va nous prendre pour des rigolos ! », « Pourquoi je ne m‘en suis pas occupé avant ? », « Ca fait belle lurette (mot de vieux !) que ça devrait être fait ! »… Oui, mes saboteurs étaient, eux aussi, de sortie dans le parc !

 

Sortir de la spirale !

Heureusement que je sais comment m’y prendre avec eux !

J’ai pour le coup, principalement, fait appel à mes valeurs : sérénité, famille, liberté.

 

Ensuite, je me suis rassuré :

– « J’ai le droit de partir en vacances. D’ailleurs il est bon de faire des coupures pour prendre du recul. Mon travail n’en sera que meilleur à mon retour. »

– « Je suis sérieux et ce projet peut attendre le retour des vacances. D’ailleurs, les personnes qui attendent notre proposition sont elles-mêmes en vacances.

– « Tu n’es pas un surhomme. Je m’autorise à prendre le temps qu’il faut pour réaliser ces projets. Après tout Rome ne s’est pas fait en un jour ! »

– « Prend soin de toi et pense à ta femme, ton fils et ta santé. Quel impact veux-tu avoir sur eux ? »

 

Enfin ma femme m’a asséné le coup de grâce ! Elle m’a proposé de coucher … sur le papier (!) nos priorités avec dates à l’appui. Nous avons donc pris 30 minutes pour nous asseoir calmement, avec une infusion au thym et l’ordi ouvert sur l’agenda, et nous avons planifié les tâches relatives aux différents projets en fonction de leur importance ou de leur urgence (ou les deux). Ceci a définitivement permis à mon cerveau de se calmer, rassuré de voir écrit ce plan d’actions.

 

Je sais que je ne suis pas le seul à rencontrer ce genre de crise d’angoisse face au temps et aux responsabilités, c’est pour cela que je vous rappelle ma méthode :

  1. Respirez
  2. Identifiez vos saboteurs
  3. Faites appel à vos valeurs
  4. Dites à votre cerveau que vous êtes en sécurité
  5. Ecrivez ! Planifiez sur le papier !

 

Je suis impatient de lire vos commentaires sur les résultats de cette méthode pour vous !

 

Parce que nous sommes uniques, connectons-nous à qui nous sommes vraiment pour un monde meilleur avec plus d’amour et moins de frustrations. Je vous fais des bisous et j’ai hâte de vous retrouver demain ! Prenez soin de vous.

uniqpeople.fr