Lorsque nous avons décidé de faire des articles sur notre blog, j’ai trouvé l’idée TOPISSIME parce que j’allais pouvoir contribuer encore plus pour vous donner le meilleur de vous-même.

J’ai trouvé ça génial parce que j’aime écrire aussi. C’est une de mes forces, ce que je fais sans forcer, j’y prends du plaisir. Mais écrire tous les jours et 2 articles en plus, c’était l’objectif… Corsée l’affaire !

J’ai des milliards de choses dans la tête. Comment faire le tri ?

Cela fait deux jours que je n’ai pas écrit et j’ai compris pourquoi.

Parce que je veux que cela soit parfait. Trouver l’idée parfaite, le sujet parfait, l’histoire que tout le monde va aimer… AHAHAH… Vous voyez ce que je veux dire ?

Nous vous avons certainement déjà parlé du livre « les 4 accords Toltèques »… ou pas ! Ceci dit ces accords sont accrochés sur mon frigo depuis que je l’ai lu, c’est à dire il y a 2 ans.

Le quatrième accord est : « Fais de ton mieux ».

Les-quatre-accords-tolteques

Souvent on nous dit : « Tu dois faire de ton mieux ! ». Cela sous-entend que nous devons nous surpasser en fonction de ce que les autres attendent de nous ou de ce que nous attendons de nous-même face à notre propre exigence. Que nous devons nous forcer à faire parfaitement.

Et bien ce que l’auteur, Don Miguel Ruiz, nous dit, c’est que quelque soit la tâche à accomplir, il est important de prendre en compte comment nous sommes sur le moment présent.

Notre mieux n’est pas toujours le même

Notre mieux peut changer d’un instant à l’autre selon si notre énergie, notre humeur, est à son maximum, si nous sommes heureux et sereins ou à son minimum, peut-être parce que nous sommes en colère ou triste ou juste fatigué.

Lorsque nous nous acharnons à faire davantage que nous ne pouvons, nous dépensons beaucoup d’énergie et nous mettons plus de temps à atteindre nos objectifs ou buts.

Lorsque je prends l’habitude de mettre en pratique cet accord, alors mon mieux devient meilleur. Cela me donne une grande liberté.

Je ne peux pas écrire maintenant ? Et bien, lorsque j’en aurai envie, lorsque je serai en forme ou inspirée, j’inspirerai plus que si je me force.

J’étais quelqu’un qui stressait beaucoup lorsque je devais arriver à l’heure. Je courrais après le temps, je courrais dans le sens propre du terme. Après le train, après les gens. Je stressais aussi beaucoup mon entourage, mes enfants quand je poireautais sur le pas de la porte avant de les emmener à l’école. Aujourd’hui, je fais de mon mieux et je sais que les autres font de leur mieux. Je ne cours plus après le temps et je suis plus à l’heure aujourd’hui qu’hier et lorsque mon rendez-vous m’attend, et bien je ne dégouline plus de sueur, je suis sereine et sais que j’ai fait de mon mieux.

Quand j’attends quelqu’un et bien j’en profite pour envoyer un mail qui est en attente depuis un moment ou pour lire un super article qui m’a interpellée. Je ne dépense plus mon énergie dans la colère. Cet accord m’a délivrée et libérée. Je me respecte plus !

Et vous ? À quel moment de votre vie vous devez être parfait ?


A lire aussi : « Je ne suis pas parfait »


 

Karine Drivet

 

Restez connecté !

Recevez les prochaines publications de ce blog directement dans votre boîte mail 😉
uniqpeople.fr