Bon, comment vous dire… Aujourd’hui a été le cadre d’une mauvaise nouvelle.

Un groupe d’étudiants devait prendre en main quelques missions d’ordre opérationnel et ainsi nous enlever une bonne épine du pied ! Mais voilà, alors que nous les attendions, dossiers en main, Coca au frais (c’est pas un afterwork non plus !), ils nous ont annoncé que leur projet était reporté. Et pas à demain, à dans 6 mois ! BIM ! La mauvaise nouvelle ! Nous, nous avions tout préparé, les missions aux petits oignons, une bonne délégation dans les règles de l’art… Et nous voilà le bec dans l’eau, notre enthousiasme émoussé. Alors, voilà l’exemple même d’une mauvaise nouvelle comme nous pouvons en recevoir chaque jour, plus ou moins grande, plus ou moins décevante, voire frustrante.

Comment dépasser cette mauvaise nouvelle ?

Oui, le but est bien de dépasser la mauvaise nouvelle en question, parce que sinon, elle nous entraîne dans une spirale infernale ! La spirale de la loose et de l’échec ! Pour ne pas en arriver là, il est important de dépasser cette mauvaise nouvelle, en l’acceptant. Accepter permet alors de passer à autre chose et de continuer à construire, à avancer !

OK, comment accepter ?

Pour accepter cette mauvaise nouvelle cet après-midi, j’ai tout d’abord respiré ! Respirer permet de rassurer notre cerveau qui sinon va s’affoler suite à cet événement non prévu. En effet notre cerveau face à l’imprévu se sent en danger et donne l’information à notre corps…

Bref, dans le cas présent aucun besoin d’affolement général, alors je respire !

Ensuite, je me dis que ce n’est pas grave 🙂 Avec douceur et tendresse 🙂 Sérieux ! Là encore, ça désamorce ma flipette de cerveau qui a besoin d’être rassuré. Alors avant de m’imaginer les catastrophes en cascade suite à ce malheureux report, je me dis que ce n’est pas grave. Et en vrai, ce n’est même pas grave !! Bah oui enfin ! Même si c’est contrariant et que ça perturbe mes plans ; ce n’est pas grave. Ma vie, ou celle des miens n’est pas en danger par exemple (comme pour un accident de voiture).

Enfin, je me dis que c’est une opportunité !

YES ! Ma femme me l’a glissé à l’oreille après la mauvaise nouvelle 😉 Et elle a raison ! C’est une opportunité ! Une opportunité de trouver de nouvelles solutions, peut-être plus efficaces, plus rapide… En fait lorsque je me remémore d’anciennes mauvaises nouvelles, et bien avec le recul, maintenant qu’elles sont loin et que les situations ont évolué, c’est elles qui m’ont permis d’évoluer vers d’autres horizons, d’autres chemin. Si je n’avais pas été remercié un matin de juin 2006, je n’aurai pas co-fondé mon entreprise, je ne serai pas coach en développement personnel ! Pourtant, quelle sale nouvelle sur le coup ! L’important est de garder l’œil ouvert, et le bon ! Les opportunités se présentent à nous et pour les saisir et nous adapter, nous devons d’abord accepter la situation.

Nous y accrocher et ruminer ne fera qu’augmenter la frustration et rien de bon n’en sortira 🙂

A votre tour maintenant d’en faire l’expérience en pleine conscience. A la prochaine mauvaise nouvelle : respirez. Dites-vous que ce n’est pas grave. Vraiment. Et puis restez à l’affût ! L’opportunité n’est jamais loin !

 

Grégory Drivet

 

 

Restez connecté !

Recevez les prochaines publications de ce blog directement dans votre boîte mail

uniqpeople.fr